Publié le par Sarah Plourde & sous Article relation parent enfant bambin et ado.

Voici un moyen très simple et peu coûteux de transformer complètement une dynamique familiale en positif ! Dès les premiers jours vous verrez des résultats concrets à la maison

 

Voici mon outil… c’est bien plus qu’un pot de billes..

Chaque bille dans le pot Masson représente un ´bon coup’ fait par quelqu’un de la famille ou dans notre entourage ! Chez moi, le pot transparent de 100 billes a été rempli en 2 jours seulement ! Imaginez les discussions positives qui émergent et qui remplacent les reproches 🙂

 

Pot a bon coup_Modele2

Enfants et parents y participent évidemment! C’est même une occasion de se donner un bon coup à soi même!

Voici des exemples de bons coups:

faire une tâche familiale : i.e faire la vaisselle – l’épicerie – plier le linge)
 Arrêter le temps et faire une activité pour soi : lire un livre –  s’entraîner –  aller marcher
les dépassements: L’enfant qui s’endort seul –  qui mange seul/ses brocolis – a fait ses devoirs seul ou sans rouspéter – qui arrive à l’heure etc.
 Les bons comportements: apporte son assiette sur le comptoir – a fait une demande avec douceur – à calmer sa colère en 15 minutes – a offert son aide ou aide suite à une demande du parent – aide sa soeur à mettre son manteau
faire une tâche qui nous tente moins: faire les devoirs – faire sa responsabilité – pour les parents faire le budget, la vaisselle, le ménage…
les petites attentions: un conjoint qui apporte le café/un verre d’eau à l’autre – un dessin des enfants – un mot des parents dans la boîte à lunch !

Les enfants ont rapidement compris le concept des “bons coups” ! Ils s’en donnent è eux-mêmse et je les entends même s’en donner entre-eux … Qui pour moi est une belle étape pour prendre en charge leur propre bien être ! Combler leurs propres besoins fondamentaux ! Et c’est aussi vrai pour les parents ! Jai moi-même mis une dizaine de billes sur les tâches fonctionnelles de la maison qui passaient complètement inaperçues. J’ai mis une bille avec fierté et appréciation,… pour le 15 min de vaisselle et hop une autre bille pour avoir fait ma marche après être aller porter les mousses à l’école!

 

Optez pour des récompenses relationnelles:
Discutez avec les enfants des cadeaux relationnels qui pourront avoir lieu une fois le pot plein : une soirée film, une période jeux de société, du temps d’extra à l’électronique (wii, tablette, ordi etc); ce soir c’est nous deux qui faisons la lecture pas juste l’enfant… On va au musée avec un laissez-passer de la bibliothèque ( réservation nécessaire par contre). Impliquez les enfants sur les privilèges qu’ils aimeraient. Voici deux modèles imprimables qui m’ont inspirée : les coupons WOOLOO et ceux de TCHOUBI que j’ai adaptés à mes besoins. Nous avons découpé ces coupons mis simplement dans un sac de papier brun que les enfants ont chacun décorés.

Les parents AUSSI ont des récompenses 😉

Voici des exemples : Congé de faire les lunchs – Congé de vaisselle – Se faire préparer un souper – Déjeuner au lit – 1 heure pour lire son journal avec un café servi le matin – Prendre un bain chaud – Une soirée en solo – Se faire lire des histoires par les enfants – Une activité d’une heure avec un mousse… Qu’est-ce qui te ferait plaisir?

 

et voir le bon… implique aussi un lâcher-prise ! 

Comme parents, nous devons lâcher prise à être détecteur de fautes & de mauvais comportements. Soyons vigilants à surveiller notre EGO qui aime trouver les fautes et les erreurs chez les autres. La bonne posture est de faire un pas en arrière (recul) pour mettre notre ego de côté et de ne se concentrer que sur le bon de nos pensées et de nos paroles. Les effets seront évidents pour tous.

Dans un autre angle, chacun des bons coups dans le pot est acquis. En aucun temps je n’enlèverai des billes parce que mon enfant/ado a un comportement plus difficile. Un vrai don est gratuit et ne se reprend jamais. C’est un cadeau qui provient du cœur. C’est comme si je vous accordais du temps et que je voulais le reprendre. C’est impossible, le temps qui est donné est donné. C’est pourquoi, lorsque nous faisons un don, il ne devrait jamais y avoir d’attente dans le temps.

 

Je suggère de faire un pot commun pour toute la famille, question de sortir de la rivalité (j’en ai plus que toi)…et que les enfants participent à s’en donner entre eux.

 

Pas de billes à la maison? Explorez ce qui est autour de vous… des roches décoratives, des pâtes (Penne/ fusillis), des bâtons de PopSicle, articles de bricolage (Voir des modèles ci-bas) ! À Noël chez mes parents j’ai utilisé 100 pinouches de ‘Lite Bright’ et le pot était un petite verre à cognac. Sans aucune récompenses relationnelles proprement dit, nous avons mis l’emphase sur plus de 200 bons coups en 3 jours seulement ! Meme la grande de 12 ans donnait des bons coups à Mamy pour avoir préparé le repas ! Merveilleux !

 

Et vous… Quelles sont vos manières de voir et mettre en lumière les “bons coups” des membres de la famille ?
Envoyez moi une photo de vos ‘pots à bons coups’. ou partagez-le sur notre page Facebook

 

En toute complicité,

 

Sarah


commeunique-en-outaoauais
www.facebook.com/COMMEUNIQUE.dans.lOutaouais

commeunique@sarahplourde.com
Sarah Plourde – www.sarahplourde.com
Modèles de pots à bons coups                                             Récompenses relationnelles
PotABonsCoup_SarahPlourde-Modele-2PotABonsCoup_SarahPlourde_LR-2

 

 

Publié le par Marie-Thérèse Lesieur & sous Article relation parent enfant bambin et ado.

La douceur est un état d’être qui, une fois appliqué à ma pensée, à mes paroles et à mes gestes, renforce ma sécurité. Cette sécurité est un continuum de stabilité : plus on apprend à choisir la constance de la douceur et plus la paix et la sécurité s’installent en nous-mêmes et dans notre famille. Douceur plus conviction ferme égalent réussite et force. Dureté et mollesse égale échec et faiblesse. Nous sommes attirés par les personnes douces et nous nous sentons en sécurité en leur présence, nous ne ressentons aucun danger. Au contraire, la présence d’une personne dure insécurise, nous n’avons pas le goût d’entrer en relation avec elle.

Dans les 7 prochains jours, observez …et donnez au moins 3 bons coups par jour pour avoir choisi la douceur au lieu de la dureté :

En voici 5 exemples qui se présentent quotidiennement

  1. Privilégiez de parler 2 tons plus bas avec une chaleur aimante. Évidemment, pour que l’enfant/ado comprenne, on doit être à ses côtés. Profitez-en pour lui toucher le bras ou les cheveux doucement
  2. Votre ado est au sous-sol et vous voulez lui parler ? Au lieu de parler fort de haut en bas, allez à ses côtés, patienter…avec patience!, écrivez une note pour ne pas oublier … ou envoyer-lui un texto !!!
  3. « FERME LA TÉLÉ/ l’ORDI »… Si la tendance de répéter, répéter, répéter est présente – A la place de crier ou menacer (tu iras te coucher tout de suite… ) on demande 2 fois et ensuite on va à ses côtés : Prenez le temps de toucher délicatement avant de parler. Yeux doux. « C’est l’heure. C’est toi ou moi qui la ferme (la télé/ordi)? » (fermeté bienveillante), j’ai le goût d’avoir mon moment de discussion sur nos wow de la journée avant d’aller au lit. Viens ! »
  4. Une envie de crier, hausser le ton, être impatient? Sentez cette énergie négative montée, exprimez-la avec des mots doux « en ce moment, j’aurais le goût de crier, mais je choisis de ne pas le faire. Cela nous rend malheureux tous les deux. Que peut-on faire à la place? » Laissez votre enfant exprimer sa vision. Ses réponses vous surprendront ! Ainsi, vous refusez l’agressivité.
  5. Où est la douceur dans votre discours intérieur? Je suis dur envers moi-même en me comparant à ma belle-sœur qui a un enfant calme tandis que le mien est très agité. J’allume la lumière de ma conscience pour réaliser à quel point je manque de douceur envers moi. Je fais le choix d’accueillir cette douceur qui est déjà là, en cessant de me comparer, ce qui m’apportera plus de sérénité et de calme et se répercutera sur la relation que j’entretiens avec mon enfant et sur son comportement.

 

Publié le par Marie-Thérèse Lesieur & sous Article relation parent enfant bambin et ado.

Peut-être vous voyez-vous principalement dans un ou l’autre de ces profils extrêmes ou êtes-vous un mélange des deux?
Le rôle global du parent se vit sur deux pôles. Le premier est le côté complice : la maman ou le papa aimant, qui veille à ce que les besoins de l’enfant soient comblés. L’autre pôle, c’est la mère ou le père la partie ferme, autorité, responsable du rôle du parent, qui encadre et structure avec fermeté bienveillante.
Dans les 7 prochains jours, observez …et donnez au moins 3 bons coups par jour pour avoir choisi d’être guide et complice, les 2 chapeaux en même temps :En voici des exemples de paroles qui se présentent quotidiennement ; Je vous entends rire !!!
  1. « VIENS ICI TOUT DE SUITE ! » (rôle autoritaire)
    Prenons conscience du ton utilisé, Est-ce que j’aime me faire parler sur ce ton? Non… alors je dois moi aussi cesser de le faire.  Mettons y de la chaleur de la douceur et changeons les mots. « j’ai demandé 2x de venir me voir doucement, que manque-t-il pour avoir une collaboration de ta part? » (intégrant le complice – écoute véritable) Évidemment, si la télé est ouverte, on appui sur « pause » ou on la ferme afin de m’assurer d’avoir son attention (fermeté bienveillante du parent guide).
  1. « Si tu fais pas ta chambre, pas de sortie en fin de semaine (parent d’ado) » 
    (Autoritaire si je suis dans la dureté… et permissif si la chambre est pas fait et que l’ado sort quand même ! )
    ou pour toutes autres tâches familiales. Observez la situation. Faites un pas de recul. Est-ce que j’apprécie ses efforts (même si pas complété à la perfection)? De quelle manière je l’encourage? Est-il conscient de mes attentes? Est-ce facile ou difficile de faire cette tâche pour lui ? Et moi quel est mon modèle? Mon bureau ou ma chambre sont-ils à l’ordre également ?Pour développer des habiletés comme être ordonné, gérer son temps, cuisiner ou faire son propre lavage, il faut savoir l’initier et étant compréhensif des étapes de son évolution. S’il semble découragé, faites le parallèle avec une grosse vaisselle à faire, c’est tellement plus agréable quand on est 2. « tu sembles découragé? Tu aimerais que j’en fasse un bout avec toi? » Laissez-le choisir la musique et ayez du fun! C’est le mot clé pour réussir à transmettre la valeur de l’ordre et de la propreté !  
  2. “Mamaaaan… je veux du jus (ou du pain ou des bonbons) » 
    Établissez un cadre sécurisant pour l’enfant et le parent. Quelle est une quantité raisonnable à boire/manger? Pour le jus, faites un repère visuel sur une bouteille de plastique par exemple. « Voici la quantité de jus pour toute ta journée – c’est à toi de choisir quand tu le prends ». Arrive l’heure du souper… L’enfant demande à boire. Demandez-lui simplement où est sa bouteille. Elle est vide? Dans le calme on invite l’enfant à faire un nouveau choix, tu veux du lait ou de l’eau ? C’est toi qui choisit ! (fermeté bienveillante).. Il y encore un fond de jus? Félicitez – Le, soulignez sa responsabilité de s’en être gardé. Il a lui-même pu se contrôler Bravo !
    C’est un modèle !Et commencez tôt ! j’ai appliqué cette méthode à mes enfants un peu
    avant leurs 3 ans !
Quels sont vos Petits Pas… vos « Bons Coups »?
Au plaisir de vous lire sur la page Facebook de COMMEUNIQUE dans l’Outaouais ou par courrielEt l’Impact positif de ces bons coups? 
Aimer ne veut pas dire laisser tout faire et ferme ne veut pas dire brimer et être rigide et dur.  Dès son tout jeune âge, l’enfant doit percevoir les limites de certaines de ses actions. La fermeté du parent s’enclenche quand il y a nuisance ou danger et toujours sur un support de bienveillance. C’est par amour que je le fais et je dois être ferme. Si je n’ai pas encadré mon enfant lorsqu’il était petit, je dois commencer cette structure, cet encadrement ferme et constant, tout en tenant compte que ces balises sont nouvelles pour lui. En demander peu, mais être ferme quant à leur application.