Publié le par Sarah Plourde & sous Article relation parent enfant bambin et ado.

Peut-être vous voyez-vous principalement dans un ou l’autre de ces profils extrêmes ou êtes-vous un mélange des deux?
Le rôle global du parent se vit sur deux pôles. Le premier est le côté complice : la maman ou le papa aimant, qui veille à ce que les besoins de l’enfant soient comblés. L’autre pôle, c’est la mère ou le père la partie ferme, autorité, responsable du rôle du parent, qui encadre et structure avec fermeté bienveillante.
Dans les 7 prochains jours, observez …et donnez au moins 3 bons coups par jour pour avoir choisi d’être guide et complice, les 2 chapeaux en même temps :En voici des exemples de paroles qui se présentent quotidiennement ; Je vous entends rire !!!
  1. « VIENS ICI TOUT DE SUITE ! » (rôle autoritaire)
    Prenons conscience du ton utilisé, Est-ce que j’aime me faire parler sur ce ton? Non… alors je dois moi aussi cesser de le faire.  Mettons y de la chaleur de la douceur et changeons les mots. « j’ai demandé 2x de venir me voir doucement, que manque-t-il pour avoir une collaboration de ta part? » (intégrant le complice – écoute véritable) Évidemment, si la télé est ouverte, on appui sur « pause » ou on la ferme afin de m’assurer d’avoir son attention (fermeté bienveillante du parent guide).
  1. « Si tu fais pas ta chambre, pas de sortie en fin de semaine (parent d’ado) » 
    (Autoritaire si je suis dans la dureté… et permissif si la chambre est pas fait et que l’ado sort quand même ! )
    ou pour toutes autres tâches familiales. Observez la situation. Faites un pas de recul. Est-ce que j’apprécie ses efforts (même si pas complété à la perfection)? De quelle manière je l’encourage? Est-il conscient de mes attentes? Est-ce facile ou difficile de faire cette tâche pour lui ? Et moi quel est mon modèle? Mon bureau ou ma chambre sont-ils à l’ordre également ?Pour développer des habiletés comme être ordonné, gérer son temps, cuisiner ou faire son propre lavage, il faut savoir l’initier et étant compréhensif des étapes de son évolution. S’il semble découragé, faites le parallèle avec une grosse vaisselle à faire, c’est tellement plus agréable quand on est 2. « tu sembles découragé? Tu aimerais que j’en fasse un bout avec toi? » Laissez-le choisir la musique et ayez du fun! C’est le mot clé pour réussir à transmettre la valeur de l’ordre et de la propreté !  
  2. “Mamaaaan… je veux du jus (ou du pain ou des bonbons) » 
    Établissez un cadre sécurisant pour l’enfant et le parent. Quelle est une quantité raisonnable à boire/manger? Pour le jus, faites un repère visuel sur une bouteille de plastique par exemple. « Voici la quantité de jus pour toute ta journée – c’est à toi de choisir quand tu le prends ». Arrive l’heure du souper… L’enfant demande à boire. Demandez-lui simplement où est sa bouteille. Elle est vide? Dans le calme on invite l’enfant à faire un nouveau choix, tu veux du lait ou de l’eau ? C’est toi qui choisit ! (fermeté bienveillante).. Il y encore un fond de jus? Félicitez – Le, soulignez sa responsabilité de s’en être gardé. Il a lui-même pu se contrôler Bravo !
    C’est un modèle !Et commencez tôt ! j’ai appliqué cette méthode à mes enfants un peu
    avant leurs 3 ans !
Quels sont vos Petits Pas… vos « Bons Coups »?
Au plaisir de vous lire sur la page Facebook de COMMEUNIQUE dans l’Outaouais ou par courrielEt l’Impact positif de ces bons coups? 
Aimer ne veut pas dire laisser tout faire et ferme ne veut pas dire brimer et être rigide et dur.  Dès son tout jeune âge, l’enfant doit percevoir les limites de certaines de ses actions. La fermeté du parent s’enclenche quand il y a nuisance ou danger et toujours sur un support de bienveillance. C’est par amour que je le fais et je dois être ferme. Si je n’ai pas encadré mon enfant lorsqu’il était petit, je dois commencer cette structure, cet encadrement ferme et constant, tout en tenant compte que ces balises sont nouvelles pour lui. En demander peu, mais être ferme quant à leur application.

 

 

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas affichée)